Lydia Képinski

Après de longues années de refus dans tous les concours possibles, Lydia Képinski lance en 2016 un EP sobrement baptisé EP avant de remporter la quasi-totalité des prix en concours aux Francouvertes.
Un premier album Premier juin paru au début de l’été 2018 sous l’étiquette Chivi Chivi la porte un peu partout sur les scènes du Québec et de la France. Cet opus reçoit un accueil à la hauteur de son audace, tant de la critique des professionnels que d’un public toujours plus nombreux à se masser aux pieds de la prophète milléniale. En plus de figurer sur la longue liste du prestigieux Prix de Musique Polaris, elle remporte la catégorie «Album Pop de l’année» au Gala GAMIQ, le Prix André-« Dédé »-Fortin (émergence) au Gala SPACQ et décroche 6 nominations au Gala ADISQ dont «Révélation de l’année», «Album de l’année – Alternatif» et «Album de l’année – Choix de la critique». Dans le même souffle, Lydia Képinski présente le spectacle immersif et historique Sadenight au Cinéma L’Amour à Montréal qu’elle rend disponible en intégralité sur Internet.
Un an plus tard, une relecture complète de cet album par des beatmakers tels Cri, Robert Robert ou encore Ryan Playground nous offre un képi-mixtape saisissant aux accents house, minimal ou transe, ainsi qu’un mixtape vidéo.
La Montréalaise émerge au printemps 2022 avec un deuxième chapitre de onze titres ficelé avec Blaise Borboën-Léonard à la réalisation. Depuis est la trame narrative de tout ce qui s’est passé depuis l’opus précédent. Résolument plus pop, cet album est un mélange foisonnant de références autobiographiques et d’aventures émancipatrices qui traitent des vertiges de l’identité en se réfugiant dans l’Histoire et une facture littéraire qui emprunte souvent à la mythologie. Lydia Képinski livre le premier spectacle de l’album au Texas dans le cadre de South by Southest avant un retour triomphant sur les routes du Québec avec plus de 50 prestations incluant des lancements à guichets fermés à Montréal et à Québec, ainsi que plusieurs festivals de renom (Festival d’été de Québec, Festival de Musique Émergente, Pop Montréal… ) Et de se retrouver de nouveau dans la longue liste du Prix de Musique Polaris, ainsi que finaliste du Prix Slaight Music pour un auteur-compositeur en émergence, sans oublier le sacre dans les catégories «Album Pop de l’année» et «Vidéoclip de l’année – BB (Big Business)» au Gala GAMIQ.
Les portes du succès s’ouvrent toutes grandes devant cette voix aussi fragile qu’invincible de la chanson québécoise. Parions qu’un jour, on saura écrire son nom correctement.